Un trait de nostalgie

Telle la madeleine de Proust, je vous propose de retrouver l’imagerie ancienne, les gravures encyclopédiques et les planches botaniques mais également les estampes japonaises que j’affectionne particulièrement.
Voyage dans le temps, émotion retrouvée grâce à l’écriture et aux illustrations que j’associe après des recherches sémantiques et documentaires.

Je fais glisser la plume avec précision et beaucoup de patience sur la porcelaine, pour évoquer la gravure, l’estampe ou le dessin à l‘encre de chine.
En tant qu’artiste peintre, la porcelaine est pour moi un support d’expression comme une toile vierge ou une feuille de papier. Je privilégie la porcelaine de Limoges, matériau raffiné issu du patrimoine français.
Chacun connaît de la porcelaine ce qu’elle offre à la table, j’invite la porcelaine dans l’espace public ou les intérieurs privés en proposant des installations murales d’assiettes, des objets décoratifs et du petit mobilier.

Un héritage esthétique de curiosités et d’exotisme que j’insuffle à notre temporalité.

Actuellement je présente deux thématiques pour mes collections :

  • ESPRIT GRAVURE en noir et blanc avec la COLLECTION « CURIOSITES»
    Séries de dessins et lithographies, patiemment retranscrites à la plume sur porcelaine, où se côtoient, botanique, insectes, fossiles, inventions, leçons de choses illustrées …
    En plus de la calligraphie, un petit coup de folie coloré vient se rajouter avec humour aux motifs noir et blanc dans les compositions murales.
    Tout, des planches encyclopédiques des sciences, des arts et des métiers, aux illustrations anciennes pour les écoliers, à l’imagerie d’Epinal, enrichie mon inspiration.

L’ambiance cabinet de curiosités, fait un retour en force. Apparus à la Renaissance et très en vogue au XVIIIe siècle, les cabinets de curiosités étaient des pièces ou des meubles où étaient entreposés et exposés naturalia (fossiles, animaux empaillés, herbiers…), artificialia (objets créés ou modifiés par l’homme comme les antiquités), exotica (plantes et animaux exotiques). Aristocrates et érudits y montraient leurs collections de pièces rapportées de lieux lointains, dans le but de faire découvrir et comprendre le monde.

  • ESPRIT JAPONISME en couleurs avec la COLLECTION « JAPON »
    Dans  les  estampes  d’Hokusai,  d’Hiroshige ou de Kuniyoshi, je puise, comme les artistes du passé, des propositions originales en matière de couleur, de dessin, de mise en page, de perspective ou de format, que je réinterprète au dessin à la plume puis au pinceau après une ou deux cuissons, sur des plats de porcelaine carrés en format origami, à accrocher comme un tableau (assiette murale) ou à poser comme objet décoratif.

Dans le dernier quart du XIXe siècle, l’ukiyo-e devient une nouvelle source d’inspiration pour les peintres impressionnistes européens puis pour les artistes Art nouveau. Les premières œuvres artistiques japonaises à éveiller l’intérêt des pays d’Europe de l’Ouest sont les porcelaines. Le développement du « japonisme » commence véritablement à la suite de la réouverture du Japon, avec les collectionneurs d’objets d’art japonais qui montrent les œuvres qu’ils possèdent. Lorsque les premiers exemplaires d’estampes en Europe sont exposés à Paris en tant qu’œuvres d’art une mode et même un engouement s’installent.